Sources




Testament FAIVRE Jeanne Claudine
Origine : Archives familiales Faivre
Document : Acte notarié
Cote :  
Nature de document : Original
Archivage :  
Note  :
Pardevant Me Etienne Maur, notaire à la résidence de
Conliège (Jura) soussigné
En présence de M.M. Célestin Renaud, propriétaire
Auguste Boudet, charron forgeron
Auguste Boisson, mécanicien serrurier
Gustave Chavet, propriétaire, demeurant tous quatre séparé
ment à Coliège
Majeurs, français, jouissant de leurs droits civils et politiques
A comparu
Mademoiselle Jeanne Claudine Faivre, célibataire majeure,
propriétaire cultivatrice demeurant à Vevy
Sainr de corps et d'esprit, ainsi qu'il est apparu au
notaire et aux quatre témoins instrumentaires, ci dessus nommés.
Laquelle a par les présentes dicté au notaire en présence des
quatre témoins son testament ainsi qu'il suit:
Je donne et lègue à mon neveu Albert Faivre, pro
priétaire demeurant à Vevy, mes deux propriétés situées à Vevy
lieuxdits le Haut Molar et à la Facette, plus mon buffet
avec tout mon linge blanc, nippes et hardes, tels que draps
chemises, serviettes, robes, bas, mouchoirs, ainsi que tous autres
menus objets qui pourront s'y trouver renfermés à mon décès;
plus mon grenier avec l'armoire qui se trouve placée dessus
ma vaisselle, batterie de cuisine, ma lampe, ma bouteille à
huile, mon tonneau, ma barrique, mon fesoul et mes chaises
plus tout les objets composant mon lit, le bois de lit et le
ciel de lit exceptés.
Je donne et lègue à mon neveu Henri Faivre, proprié
taire cultivateur demeurant à Vevy, ma propriété située à Vevy
lieudit au Sauget, ma petite farinière en chêne et ma glace.
Je donne et lègue à mon neveu Gustave Faivre proprié
taire cultivateur demeurant à Vevy, mes propriétés situées
à Vevy aux lieuxdits la Combette aux raves, sous la Pérouse et
aux Curtils du pois, plus ma table pétrin, mon bois de
lit, mon ciel de lit et mon fourneau avec ses marmites et
casseroles en fonte.
Je lègue de plus à trois neveux ci-dessus nommés
tout l'argent que je laisserai à mon décès, soit en numéraire
soit à la caisse d'épargne, soit en billets ou titres quelconques
mais à la condition avant de partager ces valeurs ils y
prélèveront la somme de cent francs pour la donner
à mon filleul Marius Faivre, fils de Albert Faivre
propriétaire cultivateur demeurant à Vevy. Mon filleul
devra toucher cette somme exempte de tous frais.
Je donne et lègue aux trois filles de ma feue nièce
Henriette Faivre: Cretin Elvina, Cretin Esther et
Cretin Berthe cultivatrice demeurant à St Maur, mes
deux propriétés situées à Vevy, lieudit aux Laquais
Je charge mes trois neveux, sous peine de perdre tous
leurs droits à ma succession de donner ensemble: 1° Aux trois
filles de ma défunte nièce Henriette Faivre dénommées
ci-dessus, la somme totale de trois cent trente francs qui leur sera
distribuée par égale part, seulement en l'année mil huit cent quatre
vingt seize; 2° Au fils de ma feue nièce Marie Faivre, Albert
Chapuis propriétaire cultivateur demeurant à Publy, la somme
de quatre cent cinquante francs qui lui sera remise seulement en
l'année mil huit cent quatre vingt seize. Si les ayant droit
Cretin Elvina, Cretin Esther, Cretin Berthe et Albert Chapuis
venaient à décéder avant le premier Février mil huit cent quatre
vingt seize mes neveux seraient affranchis de toute obligation et
n'auraient à donner aucune somme. Mon intention est toutefois
que mes neveux tiennent compte à ces derniers, et cela à partir
du jour de mon décès, de l'intérêt au quatre et demi pour cent
des sommes ci-dessus désignées, ils devront donc aussi sous peine
de perdre leurs droits leur payer cet intérêt, mais seule
ment en même temps que le capital, c'est à dire le pre
mier février mil huit cent quatre vingt seize.
Telles sont mes dernières volontés et intentions et
je révoque et annule toutes dispositions antérieures.
Le présent testament a été ainsi fait et dicté par
la testatrice au notaire soussigné qui l'a écrit en entier de
sa main en présence des quatre témoins, et elle a déclaré bien
comprendre et entendre ces dispositions par la lecture qui
lui en a été faite à haute voix.
Dont acte
Fait et passé à Conliège en l'étude de Me Maur
notaire soussigné
L'an mil huit cent quatre vingt trois, le sept mai
En la présence réelle et continuelle de M.M. Renaud
Boisson, Boudet et Chavet, lesquels sur l'interpellation adressé à
chacun d'eux par le notaire soussigné ont déclaré n'être ni
parents ni alliés à aucun degré soit de la testatrice ni des
légataires.
Et parès une nouvelle lecture du présent acte faite par
MeMaur, notaire soussigné à la testatrice en présence desdits
quatre témoins, Mademoiselle Faivre a signé avec les quatre
émoins et le notaire, le tout en présence desdits quatre témoins.




Ces pages ont été créées par Heredis 8 pour Windows , © BSD Concept